UFC-QUE CHOISIR DE THIONVILLE

CHANGEZ D’ASSURANCE EMPRUNTEUR

Depuis le 1er janvier 2018, tous les contrats d’assurance emprunteur déjà en cours peuvent faire l’objet d’une résiliation annuelle deux mois avant la date anniversaire de leur souscription.

Prévue dans la loi du 21 février 2017, cette possibilité de changer de contrat d’assurance emprunteur, comme n’importe quelle autre assurance (habitation, automobile), contribue à casser  le monopole des banques et redonne davantage de liberté aux consommateurs.

C’est en effet une belle occasion de s’assurer moins cher ailleurs avec des garanties équivalentes.

12 février 2018

POURQUOI PAS VOUS !!!!

UFC QUE CHOISIR THIONVILLE  a besoin de vous en qualité de conseiller, conférencier, secrétaire,  comptable…,représentant de l’association dans des instances locales et territoriales, hospitalières, judiciaires,

Quel que soit votre parcours, vos expériences et bon sens, la curiosité, la volonté sont recherchés. Un parrainage avec les conseillers litiges et la formation interne vous permettra d’évoluer sereinement.

N’hésitez pas à nous rejoindre, vous vivrez une expérience enrichissante dans une bonne ambiance.

Très cordialement

François DUHAMEL Président de l’association.

Coordonnées téléphoniques de l’association –  les lundi, mardi, jeudi, vendredi de 9 à 11 heures et chaque jour ouvrable de 14 heures 00 à 18 heures : 03 82 51 84 29

Coordonnées de la messagerie de l’association – en permanence : contact@thionville.ufcquechoisir.fr

Coordonnées postales de l’association : UFC QUE CHOISIR, 2 rue d’Austrasie 57100 THIONVILLE

9 février 2018

Qu’appelle-t-on « vente forcée » et comment s’en protéger ? (source INC)

vous avez reçu un bien à votre domicile sans en avoir passé commandé, un courrier d’accompagnement vous demandant de le renvoyer ou de le payer ?

Sachez que cette pratique commerciale, appelée envoi forcé ou vente forcée, est interdite.

La vente forcée est en effet interdite par le code de la consommation sous la qualification de vente sans commande préalable et par le code pénal sous la qualification de vente forcée par correspondance.

Ainsi, l’envoi forcé peut être sanctionné de deux manières :

  • comme infraction au code de la consommation, par 2 ans de prison et 300 000 € d’amende pour les personnes physiques ou 1 500 000 € pour les personnes morales ;
  • comme infraction au code pénal, par le biais de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe (1 500 € pour les personnes physiques ou 7 500 € pour les personnes morales).

Si la vente forcée consiste bien selon ces deux codes, en l’envoi au domicile d’une personne et en l’absence de commande de sa part, d’un bien, accompagné d’un document l’invitant à le renvoyer ou à le conserver moyennant paiement, vente sans commande préalable et vente forcée par correspondance ne recouvrent pas strictement les mêmes périmètres.

Ainsi, selon le code de la consommation, l’infraction suppose que l’expéditeur soit un professionnel et le destinataire, toute personne physique hors de son cadre professionnel, la vente forcée s’appliquant à l’envoi de biens et de services.

Le code pénal, lui, ne définit pas l’expéditeur et le destinataire, victime de l’infraction, peut être toute personne. Il peut donc s’agir également d’une personne morale (entreprise, association, …). En outre, la vente forcée porte sur l’envoi d’un objet quelconque. La fourniture de services n’est pas prise en compte.

En revanche, pour le code de la consommation comme pour le code pénal, la vente forcée peut concerner tout type de contrat : contrat de vente ou contrat de prestation de services (contrat d’énergie, contrat avec un opérateur téléphonique, …).

Dans tous les cas, le destinataire d’une vente sans commande préalable n’est pas tenu de payer le prix réclamé, ni de faire les démarches nécessaires pour le renvoi, ni d’en supporter les frais. L’absence de réponse de sa part ne vaut pas consentement à la vente. Il devra toutefois restituer l’objet à l’expéditeur s’il vient le chercher directement.

9 février 2018

OPTIQUE PRIX DES VERRES CORRECTEURS

Pour une même correction, les écarts de prix des verres peuvent être considérables. L’UFC QUE CHOISIR a ouvert, sur son site web, un « comparateur » qui permet de savoir, sans courir chez tous les opticiens de la ville si un devis est excessif ou pas (http://ufcqc.link/optique566)

Quelques conseils :

  • Demandez toujours le prix des verres avant de choisir une monture,
  • Une fois l’ensemble choisi, exigez un devis imprimé,
  • Si l’opticien vous demande combien votre complémentaire rembourse, dites-lui que vous n’en avez pas,
  • Précisez que vous avez d’autres devis, ou que vous avez l’intention d’aller en faire un ailleurs,
  • Si vous complémentaire appartient à un réseau (santééclair, carte blanche…) qui a négocié des prix maximaux, adressez-vous de préférence aux opticiens partenaires.
6 février 2018

CREDIT IMPOTS

Le prix d’achat retenu pour le crédit d’impôts d’un chauffe-eau thermodynamique est plafonné à 3000 euros TTC.

Le taux de 30% s’applique encore au changement de fenêtres et aux chaudières fioul à condensation à deux conditions : que le devis ait été signé et qu’un acompte ait été versé avant le 31 décembre 2017.

6 février 2018

ASSURANCE EMPRUNTEUR ; Résiliation annuelle

Afin que tous les assurés emprunteurs puissent faire jouer la concurrence, UFC QUE CHOISIR a élaboré un kit pratique avec une série d’outils qui est mis gratuitement à disposition sur le site quechoisr.org

6 février 2018

RAPPEL DE VEHICULES

Tous les rappels de véhicules par les constructeurs figurent sur le site : http://ufcqc.link/rappelauto66

6 février 2018

ADAPTATION DU LOGEMENT : CREDIT D’IMPOTS

La loi de finance 2018 prolonge de trois le crédit d’impôts sur le revenu pour les dépenses d’installation ou remplacement d’équipements dans la résidence principale des personnes en perte d’autonomie ou handicapées. Il est égal à 25% du montant des dépenses plafonnées à 5000 euros pour une personne seule et 10000 euros pour un couple soumis à une imposition commune, majoré de 400 euros par personne à charge. Le plafond s’apprécie pour des dépenses engagées sur une période de cinq années consécutives.

6 février 2018